GALILEE BIS REPETITA -LA TERRE EST RONDE- NOTRE MONDE EST FINI.

Si la question contemporaine à Galilée était de croire que la Terre est ronde. La question posée à notre génération est de croire que notre Monde est un Monde « fini ».

J’utilise à dessein le mot croire, même si je sais qu’aujourd’hui tout cela est dépassé et qu’il s’agit de toute évidence de parler de faits et non de croyance.

Posée comme cela, la question est à nos yeux sans aucun intérêt ; bien sûr la Terre est ronde, et bien sûr le Monde où nous vivons n’est pas extensible, et il meurt aussi un peu tous les jours.

Et pourtant : comment se fait-il que nous soyons capables de fouiller les trous noirs de l’univers, d’expliquer le big-bang et que nous n’ayons pas vu que notre planète allait mourir ? Le débat au sujet de l’évolution des espèces qui resurgit vivement aujourd’hui est du même ordre. Les prouesses des techniques de sélection et de manipulation appliquées aux espèces végétales, animales et humaine en disent long sur l’avenir qui nous menace, mais surtout, elles se font au prix de l’extinction de toutes sortes d’espèces vivantes qui disparaissent à une vitesse vertigineuse. ( « Taux entre 100 et 1000 fois plus élevé que le taux moyen d'extinction qu'a connu jusqu'ici l'histoire de l'évolution de la vie sur Terre ». ( J.H Lawton et R.M May.Extinction rates Oxford University )).

Je veux bien que les scientifiques nous expliquent toujours que c’est de la faute aux politiques. Mais tout de même, je n’entends pratiquement jamais nos éminents scientifiques s’interroger (ce fut pourtant le cas d’Einstein) et remettre en cause en quoi que ce soit le modèle de société technique que nous a légué la Science !

Remettre en cause l’Eglise du temps de Galilée, cela va tellement de soi, n’est-ce pas ? Galilée a été victime d’un obscurantisme affligeant. L’Eglise a outrageusement porté atteinte à la Raison et à la Science. Tout le monde sait cela !

La Science toute puissante, source de tant de bienfaits universels et salutaires ne risque pas de nous fourvoyer, Elle!

C’est bien en effet par la croyance que nous nous retrouvons piégés, victimes d’un obscurantisme qu’il faut bien qualifier aujourd’hui de moderne ! (sauf qu’il y a toujours eu des modernes en tout temps !)

Mais la croyance qui rend aveugle n’est pas la seule question posée suite à l’affaire Galilée. Car, comme en retour, les choses s’inversent.

Du temps de Galilée, l’Eglise a été incapable de distinguer la Science, des textes bibliques de la Création, qui ne sont en rien scientifiques, encore moins journalistiques ! Aujourd’hui, la Science est incapable de voir en face les impasses dans lesquelles nous nous retrouvons tous piégés, elle en occulte même la simple vérité scientifique.

Mais surtout, Elle ne peut plus cacher son incapacité à révéler un quelconque sens à rien du tout (à rien du Tout !) en particulier au Progrès qu’Elle nous assène. Bien sûr, je n’allais pas utiliser les termes de révéler un sens à la Création ! ! Cette expression biblique est aujourd’hui parfaitement anachronique ! Tout le monde sait cela.

Dès lors, la Parole biblique et évangélique est au pied du mur. La crédibilité de cette Parole est cette fois-ci radicalement mise au défi. A l’image de Galilée, mais de façon inversée, qui aura aujourd’hui l’audace de relever le défi ?

Christian Moreau Besançon le 24 02 09