Universalité de la suprématie de l’Empire Technicien


Ce système technicien est prêt à satisfaire le moindre de nos plus petits désirs. Cela est évident au niveau matériel ; la technique actuelle nous permet de connaître l’abondance et le luxe qu’aucun homme n’a connu depuis le début de l’humanité. Même les chars antiques des plus glorieux Empereurs ne sont rien face au moindre de nos véhicules automobiles. L’estafette de Marathon ne serait pas morte à l’Acropole si elle avait disposé d’un téléphone… nul besoin d’insister.

Cet univers nous est tellement familier, alors qu’il ne date que de deux cents ans, et nous disposons aujourd’hui de tellement de moyens que nous sommes assurés d’être enfin sortis des limbes de l’histoire humaine. Notre univers n’est tout simplement pas comparable à toutes les autres civilisations qui ont pu exister sur la terre qu’elles soient égyptiennes, babyloniennes, perses, grecques, romaines, africaines, asiatiques… Toutes ces anciennes civilisations quelles qu’elles soient ne sont bonnes qu’à être archéologisées.

Nous disons couramment ne pas vouloir revenir au temps des bougies, mais plus personne n’imagine revenir aux sociétés Incas ou aux sociétés Amérindiennes….

Nous ne nous sommes pas privés d’en éradiquer d’aucunes depuis l’avènement des Lumières, et nous régnons désormais en maître absolu. Nous avons dépassé Gengis Khan, un des plus grands conquérants dont on dit que derrière lui plus rien ne repoussait ! Le summum civilisationnel est atteint, record absolu. Il n’y a plus rien à ajouter.

Aucune autre culture n’est digne de nous enseigner quoi que ce soit. D’ailleurs absolument toutes ces cultures ont disparu, corps et biens, elles appartiennent désormais au passé, à l’histoire. Nous ne pouvons plus que les disséquer le plus minutieusement et le plus scientifiquement du monde et nous sommes persuadés d’en connaître la substantifique essence. Presque plus rien ne nous échappe des rites funéraires d’il y a quatre mille ans…Nous oublions tout simplement un détail, c’est que nous auscultons un cadavre. Nous pouvons effectivement faire parler le cadavre, mais il lui manquera toujours une chose essentielle c’est la vie ! « Laissons les morts enterrer les morts ».

Belle parole de Jésus qui nous dit que ce sont des morts qui enterrent des morts !


Un colosse menacé par sa toute puissance


La puiss@nce technicienne survivra-t-elle ?

Avant de poursuivre, demandons-nous si sans aucun apport extérieur une civilisation n’est pas vouée à se scléroser ? et ne finit pas tôt ou tard par disparaître ? C’est une loi anthropologique parfaitement établie que l’entropie est fondamentalement sclérosante. C’est obligatoirement grâce à de la liberté qu’une société d’ordre absolue, continuera d’exister. C’est obligatoirement grâce au rétablissement d’un ordre équilibré qu’une société foncièrement anomique –comme celle dans laquelle nous sommes aujourd’hui- se rétablira. Si il n’y a pas de pôle en tension négative d’un coté et en tension positive de l’autre, rien ne peut réellement fonctionner très longtemps. Entendons-nous bien, il ne s’agit pas de tensions qui ne seraient que superficielles. Ces tensions-là – une meilleure sécurité des centrales nucléaires par exemple- ne sont là que pour être ni plus ni moins intégrées au système, être simplement à son service. Il ne s’agit là que de tensions internes parfaitement nécessaires au bon fonctionnement de la société ou du système. Ce n’est pas par hasard si autant de techniques sont mises en œuvre pour faciliter l’intégration des individus, l’intégration de nouvelles technologies, de nouvelles sciences, de nouveaux savoirs, …etc. Ce n'est pas de ces tensions-là que nous parlons, mais de celles qui lui seraient extérieures. Il est quand même admirable de s’apercevoir que nous préservons toutes sortes d’espèces végétales et même animales -pas encore humaines, comme la pureté de la race de triste mémoire, mais c’est connu, avec l’ADN, on peut tout faire !- parce que toutes ces espèces sont menacées d’extinction ! Ne parlons pas de la fonte de la banquise et des effets dévastateurs sur la faune et la flore…… Si au vu de tous ces phénomènes, aucune tension externe -véritablement externe- au système technicien n’intervient, l’extinction de la vie végétale et animale, (nous compris) est inexorable.

Cet apport externe au système technicien est absolument vital.

Le problème, c’est que nous avons tellement été conformés au monde ambiant que le moindre débat –qui ne soit pas un débat uniquement pour amuser la galerie, comme sur internet par exemple- tourne vite à l’unanimisme, au consensuel, ….du genre : nous sommes pour la paix, contre le racisme, pour la démocratie, pour l’interreligieux, …etc. Toutes choses qui servent uniquement à se sentir porté par le grand nombre, à adhérer et à communier au même idéalisme … en oubliant qu’on développe un mode de vie qui est à l’opposé, car nous négligeons le fait que les fins sont dans les moyens !


Tout est affaire de moyens


L’astuce du système technicien, c’est de nous faire croire que

Tout s’obtient uniquement grâce à des moyens toujours plus performants.

Curieusement, nous sommes dans une société de moyens absolument considérables, mais nous n’imaginons pas qu’il faille ajuster ces moyens à nos fins. Parce que nous voulons la paix, la justice, la fraternité, il suffirait de tourner le moulin à prières ! Non ! Il s’agit d’user de moyens conformes aux fins pour lesquelles nous nous engageons. Je suis objecteur de conscience et je refuse de porter les armes si pour moi il s’agit de respecter le « Tu ne tueras pas ». Je ne capitalise pas si pour moi la thésaurisation est proscrite : « Ne vous livrez pas à l'amour de l'argent; contentez-vous de ce que vous avez» Hébreux 13, 5. Qui nous dit aujourd’hui d’agir ainsi ? Sont-ce les militaires ? Sont-ce les banquiers ?

Aucune limite n’est infranchissable.

Si la puissance militaire et la puissance bancaire, pour ne prendre que ces deux exemples, se développent indéfiniment que pouvons-nous espérer ? L’advenue miraculeuse de la paix, de la raréfaction des conflits, de la décrue des inégalités entre les riches et les pauvres ? Il faudrait alors que ce soit par l’opération du St Esprit ! Plus les moyens militaires se répandent et évoluent en nombre et en sophistication, plus le risque d’embrasement se précise. Il ne s’agit que d’une banale loi statistique parfaitement établie qui est aussi valable pour les risques de l’industrie nucléaire "dite" civile, pour l’accroissement en CO2, pour l’accaparement des richesses par les pays du Nord…..

Dès lors, nous nous rendons bien compte qu’aucune limite ne s’imposera à la démesure de cette société technique. Aucune limite n’entravera le cours de ce système. Seule une intervention non originairement conçue au sein de ce système technicien aura la qualité propre de pouvoir exprimer des limites ou des frontières à ne pas dépasser. C’est cela qu’il nous faut vouloir, un apport extérieur qui ébranle significativement le caractère sacral dont nous avons revêtu le système technicien.


Tout est affaire d’idolâtrie


L’astuce du système technicien, c’est de nous faire croire que :

L’ordre de la Création est une fiction.

Dans la Bible la mer incarne les forces de mort acharnées à détruire les hommes : « Quand je lui ai fixé des limites et imposé verrou et portes, quand j’ai dit :"Tu pourras venir jusqu’ici, tu n’iras pas plus loin. Ici s’arrêtera l’orgueil de tes vagues" » (Job 38, 10-11). Ne devons-nous pas nous ré- approprier cette Création dont nous avons été chargés ? Ne devons-nous pas ré- inventer les vraies limites "vitales" voulues par Dieu, et non pas nous laisser imposer les lois d’un nouveau Dieu aussi puissant soit-il ? Ce nouveau Dieu n’est qu’un habile prestidigitateur qui nous illusionne.

L’auto accroissement indéfini et la propension à tout absorber, tout assimiler et à tout intégrer sont le signe incontesté de sa toute-puissance

Aussi, pouvons- nous affirmer sans nous tromper que ;

- Jamais aucune limite substantielle conçue en interne n’entravera l’évolution technique. C’est une illusion de prétendre l’inverse. Les discussions éthiques, par exemple, n’ont absolument jamais stoppé une seule application technique qui trouvait son champ d’application. –Le clonage thérapeutique en est un des derniers exemples- L’éthique est tout simplement utilisée à son tour. L’utilité et l’efficacité sont les deux grandes vertus de ce monde technique. Ce dont tout le monde se réjouit, mais à tort ! Car ce sont uniquement ces vertus-là qui agissent réellement et déterminent les fins. Celles-ci n’ont souvent absolument rien à voir avec celles que nous imaginions. Les fins auxquelles nous croyions sont malheureusement réduites à des déclarations formelles, qui seront elles-mêmes utilisées pour faire valoir la pureté des intentions initiales ! Nous pensions peut-être pouvoir maudire un figuier et le faire dépérir sur place uniquement par la force de notre parole comme Jésus l’a fait ? (Mc. 11, 12-14)

- Seule une force extrinsèque est de nature à véritablement ébranler ce système. Pas en lui opposant une force contraire plus efficace que la sienne. Cette force d’opposition-là sera purement et simplement absorbée comme l’ont été la majorité des oppositions, de type politique par exemple, qui ont toutes vu disparaître les frontières infranchissables entre la droite et la gauche ! (J’écris ces lignes au moment de l’affaire DSK, ex favori aux présidentielles, multimillionnaire de gauche). L’unification des systèmes politiques est un fait avéré dans toutes les sociétés du monde. Nous savons aujourd’hui ce qu’il en est de la Chine qui s’est réglée sur le système capitaliste marchand. Et toute cette unification nous la devons à la suprématie de la Technique que nous vénérons comme la Déesse incontestée qui règne sur nos libertés, sur nos systèmes dits démocratiques, sur notre sécurité, sur notre bonheur à venir….etc. C’est cela le printemps des pays arabes. Tel un Dieu, la toute-puissance technique régit tous les compartiments de notre vie physiologique, psychique, affective, morale, sociale,….elle s’impose aujourd’hui dans tous les compartiments de notre vie. Aucune partie de notre être individuel et social n’est épargnée.


Reste le spirituel


Reste-t-il une place pour le spirituel ? Et bien, là plus qu’ailleurs, nous comptons sur la religion pour intégrer plus efficacement tous ceux qui éprouveraient des difficultés dans cette société où tout est fait pour leur bien et leur bonheur. Car tel est le miroir aux alouettes qui nous est tendu tous les jours.

Il est même aujourd’hui des textes de la Bible qu’il vaut mieux ne pas évoquer ou alors pour les suspecter d’être porteurs de violence, de mort, ou d’avoir des effets négatifs, perturbants, inquiétants ou démobilisateurs…. Ne pas aborder les sujets qui pourraient amener à une quelconque tension, ou au moindre conflit. Pourquoi voudrait-on du conflit là où peut régner l’absolue sérénité réconciliatrice ? Tel n’a pas été le cas dans l’histoire où pendant des siècles les disputes ont sauvé la théologie de l’entropie et de la mort. Ces célèbres échanges entre Descartes et Pascal par exemple ont marqué de leur empreinte jusqu’à notre génération. Ils nous ont transmis l’âme de la théologie au-delà de la question rituelle : selon vous, lequel avait "raison" ? Sans dialectique, sans cette tension dialectique, il est strictement impossible de comprendre la bible, sauf à vouloir la lire comme un livre d’histoire ou comme un roman. Il faudrait aujourd’hui vider la Bible de sa radicalité et ravaler cette Parole à une parole comme toutes les autres : ce Dieu-là n’a plus sa place parmi nous.

– Avant que Dieu ne consentît à sa propre mort en Jésus-Christ – Ce Dieu d’Amour pleinement incarné en ce Jésus de Nazareth redonne au Temple sa vraie place :

« Ils arrivèrent à Jérusalem, et Jésus entra dans le temple. Il se mit à chasser ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple ; il renversa les tables des changeurs, et les sièges des vendeurs de pigeons ; et il ne laissait personne transporter aucun objet à travers le temple. Et il enseignait et disait : N'est-il pas écrit : Ma maison sera appelée une maison de prière pour toutes les nations ? Mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs. »

Les Chrétiens (?) retrouveront-ils l’Esprit de Non Puissance qui leur a été enseigné ou contribueront-ils à perpétuer l’Esprit de Puissance et de Mort institué par ce système technicien ? Jacques Ellul posait cette question dans les années 80, à la conclusion de son livre "Théologie et Technique" qui finira bien par paraître un jour !


« Théologie et Technique ». (extrait)


« Dès lors nous avons tracé les grandes lignes d'une éthique chrétienne corrélative au système technique, et critique - avec, rappelons-le, les grands axes de la critique par le choix de la Non puissance, de la rupture par l'iconoclasme et le témoignage, de l'ouverture par l'espérance et la prophétie. Dans tous les cas, c'est la mise hors de service de ce qui nous paraît à la fois le destin à la gloire de l'homme, la Technique moderne. Mais une fois de plus, si les chrétiens entraient dans cette voie, difficile, mais exactement à la hauteur de la vocation et de la grâce qui n'exigent pas moins, sans quoi qu'est-ce que cela signifie que croire dans cet événement incroyable de l'incarnation, Dieu qui vient ici, dans cet autre événement incroyable, de la résurrection, un mort qui cesse d'être mort, dans toutes les dimensions du terme (y compris la vie - vie corporelle, malgré toutes les spiritualisations que depuis 20ans on fait subir à la chose!) et en qui toute la Mort, toutes les morts sont dépassées, qu'est-ce que cela signifie de croire en cela si c'est pour mener la bonne petite vie de petit bourgeois acceptant le coeur de la société en bricolant de la politique... pas d'incommensurabilité entre les deux? Donc, pas moins que cela. Si les chrétiens entrent dans cette voie éthique, alors il peut y avoir une mutation du système technicien. Malgré la bonne volonté des humanistes et des scientifiques, je ne crois pas qu'il y ait d'autre possibilité fondamentale. Si les chrétiens n'assument pas le rôle que, par la Révélation, ils sont appelés à prendre, alors, en premier lieu, cela viendra confirmer ce que nous constatons chaque jour aisément, à savoir que le christianisme n'a plus aucun point de contact ni avec l'homme moderne ni avec la société actuelle, en second lieu, le système technicien poursuivra sa voie, accroissant en même temps le chaos et la systématisation vers une entropie dernière. Enfin, ce développement-là du système, impliquant une intégration totale de l'homme dans l'entreprise technicienne, c'est par cette voie que peut s'accomplir la prophétie de la disparition de la foi chrétienne. Il est possible que la foi disparaisse - que la vérité de Jésus Christ soit totalement obnubilée pour les hommes. Mais ce sera l'exacte conséquence du refus des chrétiens d'assumer les conséquences de la foi, de l'amour, de l'espérance dans la société où nous sommes et d'avoir prétendu vivre dans le ciel ou bien dans la politique, une révélation qui implique l'exacte reconnaissance du lieu où Dieu nous donne de vivre. » – Jacques Ellul–


Article de Christian Moreau Besançon le 28 mai 2011.