On sait que ces algues, proliférantes et très gênantes pour l'économie du tourisme en plein boum cette année en Bretagne, sont dues à l'excès d'azote dans les eaux des rivières et des nappes phréatiques.

Depuis longtemps c'est l'agriculture intensive, très bien implantée dans cette région, qui est montrée du doigt par les associations de protection de l'environnement et celles de consommateurs (voir Eaux et Rivières de Bretagne). Mais, pourquoi s'inquiéter? La Croissance verte est LA solution! Lisez plutôt: Le processus de méthanisation, consistant à produire du gaz à partir de déchets organiques -comme les algues vertes- "permettra de protéger l'environnement et en même temps de dégager des sources de revenu complémentaires pour les agriculteurs", a assuré le chef de l'Etat.(Site du Nouvel Observateur, 7 juillet 2011)

Ainsi, la boucle est bouclée: l'agriculture va pouvoir vivre sur ses déchets! Idée géniale si le chef de l'état n'était pas en train d'oublier que ces algues ne sont pas apparues pour faire plaisir aux agriculteurs et leur donner une source de revenu supplémentaire. Elles sont d'abord la preuve et la conséquences de la pollution des eaux. Pollution qui la rend impropre à la consommation humaine et à la vie de nombres d'êtres vivants dans les rivières.

Mais foin de tout cela! "Il y a ceux qui pensent qu'il faut de la décroissance pour protéger l'environnement. Moi, je pense qu'il faut une croissance durable", a-t-il ajouté, prônant "l'autorisation d'activités respectueuses de l'environnement". Une croissance durable de ce genre d'industrie du traitement des algues vertes signifiera sans doute une croissance durable de l'azote dans les eaux et donc de l'industrie agroalimentaire et de l'agriculture intensive. Et voilà: la boucle est bouclée. L'homme est décidément bien capable de s'en tirer tout seul. Pourquoi réfléchir, changer de comportement puisque sa formidable ingéniosité lui permet de toujours retomber sur ses pattes!

Au passage, c'est la méthanisation, qui en prend un coup. Alors qu'il s'agit réellement d'une source d'énergie que l'on pourrait développer mais pas comme ça, pas pour dédouaner notre agriculture intensive, pas comme le deus ex machina qui viendra régler un grave problème tout en permettant (ô miracle!) des profits financiers et électoraux!

Mais, gageons que les agriculteurs ne se laisseront pas prendre à ce miroir aux alouettes puisque comme le dit si bien notre chef de l'état:Les agriculteurs sont des gens qui ont des valeurs et qui sont responsables

C'est le moment de le montrer!