Nous avons besoin d'energie à l'échelle d'une génération et nous refusons de voir que nous le faisons aux dépend de toutes les générations qui suivront. Les hommes politiques ne sont naturellement pas les seuls responsables de cette situation, ils sont largement soutenus par le silence de ceux qui les ont élus.

L'Eglise quant à elle n'est pas un parti politique. Elle rassemble des gens de tout bord, de tout âge, qui sont portés par une espérance commune : Dieu veut que nous soyons heureux et libres, en Christ il nous offre de vivre en paix.

Mais comment pourrions nous vivre en paix si notre mode de vie déclare la guerre aux pays les plus pauvres et aux générations futures ? Comment pouvons nous être sincèrement libres et joyeux si nous n'ouvrons pas les yeux sur la réalité des choix politiques de notre pays ? Comment pourrions être porteurs d'une espérance chrétienne si toute notre attitude n'exprime qu'une seule chose : « après moi le déluge » ?

L'Eglise n'est pas un parti politique mais la foi en l'espérance oblige le chrétien a s'indigner. Au nom de notre foi, au nom de l'amour, nous refusons, non pas une technologie, mais un mode de gouvernement qui laisse tout pouvoir à une technologie et à son cortège d'experts. Le protestantisme est une religion qui prône la liberté de parole, alors utilisons -a. Peut-être que nous ne serons pas d'accord entre nous mais au moins un tabou sera levé : il est grand temps de parler librement et en vérité du nucléaire.