En ce qui concerne l'écologie notre époque marche complètement sur la tête. Globalement, le équipes éditoriales (à part Réforme qui défend encore le nucléaire dans son dernier numéro) ont bien compris l'urgence écologique et abordent souvent ce sujet. Par contre, d'un point de vue financier elles sont dépendantes de la manne publicitaire.

Ainsi il n'est par rare qu'un article de fond dise quelque chose et que la publicité à côté dise le contraire. Sauf que, comme l'ont signalé les réformateurs, le pouvoir de l'image est bien plus ravageur que le texte. La compétition est inégale et il faut être sacrément outillé intellectuellement pour résister à cette propagande qui agit sur nous bien plus que ce que l'on croit.

Le meilleur exemple que je viens de trouver est apparu aujourd'hui sur la page du site Rue89. On y trouve un article de fond favorable à une sortie du nucléaire, ainsi qu'un lien critiquant les éoliennes. La juxtaposition de ces deux article nous dit une chose : la production d'électricité ne se fait jamais sans impact et le mieux est encore de limiter au maximum notre consommation. Or le bandeau de pub en haut de la page pour la marque Renault nous invite (sous entendu pour sauver la planète) à "faire entrer le véhicule électrique dans notre vie" ! Quelle contradiction, quelle malhonneteté ! Si nous passions entièrement aux véhicules éléctriques il faudait construire... 18 centrales nucléaires suppémentaires rien que pour la France !

L'évangile présuppose de reconnaître ses faiblesses. On ne cherche pas la source si on n'a pas soif, on ne va pas chez le médecin si on n'est pas convaincu qu'on est malade.

Alors reconnaissons ensemble que le harcèlement publicitaire nie la réalité, il vend du vent, il nous éloigne de notre humanité et nous empêche de nous serrer les coudes pour regarder l'avenir en face.  Il nous en empêche car il entretient la cupidité, l'égoïsme et le gaspillage.