Cette assemblée c'est tenu à Elspeet et rassemblée 98 participants venus de toute l'Europe. Je m'y suis retrouvé le seul français, avec heureusement un suisse et un belge avec lesquels nous avons bravement défendu la francophonie... Chaque moment de ces trois jours a été passionant : véritable contact pour moi avec l'église universelle, une église qui va au délà des frontières, au delà des cultures et habitudes, pour exprimer ensemble une véritable communion et une solidarité avec toute la Création concernant la gravité des enjeux de notre siècle. Voici ci-dessous le message final de cette assemblée, à diffuser largement dans nos églises. (texte téléchargeable en pdf ci-dessous).

Eco-justice, Croissance et Espérance.

Chaque crise est opportunité pour le changement.

Nous étions 98 participants (représentant 22 pays) réunis pour la 9ème Assemblée du Réseau Chrétien Européen pour l'Environnement, qui s'est tenue au centre de conférence Mennorode à Elspeet (Pays- Bas) en Août-Septembre 2012 sous le thème « Eco-justice, Croissance et Espérance ». Nos contributions venaient d’Églises de tradition protestante, orthodoxe et catholique romaine. Ensemble, nous avons aussi célébré le début du Temps pour la création de cette année.

Nous vivons une période de crises multiples : la crise financière mondiale a conduit à des problèmes croissants dans l’économie réelle. La croissance économique, traditionnellement mesurée par le PIB, n'est plus une solution viable. Les limites de la planète Terre à l’intérieur desquelles nous avons à nous tenir sont sérieusement mises en péril. L'inégal accès aux ressources a engendré une augmentation des injustices au niveau international ainsi qu'à l'intérieur des pays et régions.

En ces temps de crises, nos Églises sont mises en défi d'être des signes d'espérance :

  • Christ est ressuscité. Avec les femmes au matin de Pâques, avec les disciples accompagnés de sa présence vivante, nous faisons l’expérience qu'en Christ la vie est plus forte que la mort.

  • Nous faisons confiance en Christ qui nous promet la vie en abondance (Jean 10,10). Sa vie est une force de guérison et de transformation pour nous mais aussi pour toute la Création.

  • En Christ, Dieu a apporté la paix (Colossiens 1,20). En étant victime de violences, lorsqu'il souffrait sur la croix, Jésus Christ est avec toutes les créatures qui souffrent à travers nos crises d'aujourd'hui. Sa résurrection est leur espérance et notre espérance.

  • Christ fait de nous le sel de la terre (Matthieu 5,13). La vie du Christ agit sur la vie de nos communautés et sur nos vies personnelles, dans le courage des témoignages publics de nos Eglises, dans notre contribution aux choix politiques conséquents et décisifs.

Il est impératif de changer nos modèles de distribution, de production et de consommation, ainsi que notre mode de vie : une transition vers une société juste et durable est nécessaire. Cela est largement reconnu. Beaucoup d'individus, beaucoup d'églises sont déjà engagés dans ce sens. Mais nous avons le vif sentiment que cela ne suffit pas. Il est nécessaire d’en faire davantage, et ce changement ne s'opère pas assez rapidement pour mettre nos sociétés sur la voie d’une vie durable, porteuse d’avenir.

Les Eglises devraient s'engager, ensemble et avec d'autres dans nos sociétés, pour un changement structurel. Nous pouvons mettre à profit nos expériences de modes de vie nouveaux et durables pour aider à transformer plus largement la société, pour accélérer le passage vers une « économie du contentement » (economy of enough) et une « économie du soin » (economy of care).

Les Eglises peuvent être des témoins et des agents de change au niveau local, parce qu'elles peuvent montrer l'exemple en matière de valeurs d'une économie soutenable comme la justice, la simplicité, l'humilité, le rythme de vie, le développement communautaire (community building), la foi, l'espérance et l'amour.

Nous recommandons que les Eglises et les chrétiens agissent de différentes façons :

  • Participer au travail du Mouvement pour la transition et adopter les modèles de transition pour leur propre mode de vie et partager ceux-ci et des initiatives similaires au sein de leurs communautés locales.

  • Continuer à considérer les changements climatiques comme un problème important et prévoir des actions conséquentes dans leur agenda.

  • Soutenir la protection de la biodiversité et y apporter des contributions, se former soi même et d'autres et préserver les espèces en danger et leurs habitats.

  • Echanger et adopter de nouvelles idées concernant les projets et mesures d'écogestion.

  • Explorer les richesses de la théologie chrétienne qui inclut et respecte la création de Dieu comme un tout.

Là où il y a des actes, l'espérance grandit. Là où il y a de l'espérance, les actes doivent suivre. En tant que chrétien, nous trouvons l'espérance dans la résurrection mais nous vivons aussi la réalité déchiréedu monde. Nous croyons que l’arrogance autant que le désespoir et la résignation sont contraires à la volonté de Dieu. Nous avons besoin d'un nouvel exode pour nous faire sortir de l'esclavage de la croissance économique et d’une approche étroitement anthropocentrique en théologie. Ceci afin que nous puissions avancer vers le futur comme une communauté une et sainte, communauté composée de la Création tout entière, réunie et guidée par l'Esprit Saint.

C'est pourquoi nous nous engageons à être encore plus attentifs à notre façon de vivre. Celles et ceux qui nous ont précédés nous l'ont appris : les actes sont les signes terrestres de notre espérance, espérance fondée sur la résurrection du Christ. C’est en son nom que les nations espéreront (Mt 12,21)

1er septembre 2012