Nous avions pensé intéressant, afin d'éviter les malentendus dont J. ELLUL nous parle au début de son paragraphe sur le Témoignage, d'insérer ce texte qui correspond parfaitement au sujet « TECHNIQUE et THÉOLOGIE ».
Mais c'est sûrement par un souci trop scrupuleux de fidélité au document original que les auteurs-éditeurs(1) ont souhaité n'en pas tenir compte.

Ce texte renferme aussi une clé de compréhension du « testament » laissé par J. ELLUL. « C'est ainsi selon ce qui est écrit sur ces tablettes que je donne, que je lègue, que je teste ; vous citoyens, je vous prends à témoins. » (en latin dans le texte) :''
Jacques ELLUL a en effet annoncé publiquement sa volonté de voir publier après sa mort un livre intitulé « ÉTHIQUE de la SAINTETÉ ». Il s'agit-là du dernier tome de sa trilogie -Le Vouloir et le Faire- Éthique de la Liberté- Éthique de la Sainteté-

VOUS ÊTES TÉMOINS nous signifie-t-il dans une émission télévisée du leg que je laisse pour une édition posthume : "il y a derrière moi 1000 feuillets sur l’ÉTHIQUE de la SAINTETÉ qui paraîtront après ma mort...." (Émission religieuse : Présence Protestante -1992 - et numéro hors série de Réforme de Décembre 2004 ). (L'Éthique de la Sainteté a notamment été annoncée dans le dernier tome d'Éthique de la Liberté écrit en 1966, mais qui n'a pu paraître qu'en 1984)

Texte du manuscrit TECHNIQUE et THÉOLOGIE : sur le Témoignage


Le TÉMOIGNAGE

Il peut paraître étonnant d'inscrire le témoignage dans une recherche éthique, concernant l'attitude chrétienne envers la Technique, et en outre dans une éthique de rupture - cet étonnement provient des malentendus, des idées toutes faites au sujet du témoignage. Nous avons réduit celui-ci à des déclarations au sujet de Dieu, de Jésus - au mieux un essai d'actualisation de la parole de Dieu. Dans le témoignage il s'agit soit d'énoncer une vérité dogmatique soit de rapporter une expérience personnelle de la relation avec Dieu. Et sans doute cela n'est pas faux, mais il faudrait prendre conscience de la terrible réduction ainsi effectuée par rapport à la dimension du témoignage dans la Bible. On devrait déjà être interrogé par l'extrême importance donnée à cet acte, à cette attitude par Jésus - quand la dernière parole rapportée (espérance de la communauté de l'Église primitive, bien sûr) est "vous serez mes témoins jusqu'à l'extrémité du monde", on ne peut pas considérer cela comme une banalité. Quand, finalement toute l'exigence de Dieu se ramène à cela, quand nous voyons aussi que dans l'ancien Testament le Témoin est l'équivalent du goël qui est un défenseur se substituant à l'accusé et prenant la condamnation éventuelle à sa place, pouvons-nous sérieusement penser qu'il y a correspondance avec la médiocrité de ce que nous entendons généralement par témoignage.


(Il manquait des pages au manuscrit. Nous avons retrouvé cette conférence de Jacques ELLUL : TÉMOIGNAGE et SOCIÉTÉ TECHNICIENNE, en parfait accord avec le sujet, nous la reproduisons avec l'autorisation de l’Éditeur: Aubier-Montaigne, devenu Flammarion)


Le texte TÉMOIGNAGE et SOCIETÉ TECHNICIENNE en son entier est en Annexe-



(1) NB : Les auteurs-éditeurs ont rajouté une « introduction » en lieu et place de celle rédigée par J. ELLUL. L'introduction originale a été classée dans un chapitre (page 105): tous les titres de ce chapitre ont été fabriqués et ajoutés.
Le titre du livre est donné en fin de l'introduction originale (page 124), mais ce titre lui-même a été révisé, sans explication. « TECHNIQUE et THÉOLOGIE » est devenu "Théologie et Technique" "pour une Éthique de la Non-Puissance".

Mais les auteurs-éditeurs ont sûrement voulu respecter la pensée de Jacques ELLUL en mentionnant qu'il manquait 4 pages sous la partie prévue pour "Le Témoignage" (Prolongements éthiques: L’Éthique de la Rupture). Sûrement ont-ils eu raison de ne pas écrire à sa place et saluer ainsi "l’œuvre de notre professeur bordelais" (sic) en stigmatisant une nouvelle fois l'inconséquence coupable de J. ELLUL sur l'Islam dans l"introduction" d'un livre devenu sans queue ni tête !

Cependant, j'aurai appris que J. ELLUL ne savait pas compter : « .. Et dans l'évolution possible, il n'y a que trois issues devant nous :... » lit-on dans le manuscrit. Et bien non, Frédéric Rognon a fait changer le texte pourtant clair. Maintenant nous lisons (page 233) : « il n'y a que quatre issues devant nous... » C'est à peu près aussi rigolo que de trouver ex-URSS dans la réédition d'un livre de J. ELLUL paru en 1986.